Guerrero – Affaire Cecilio Pineda : Un député chef de gang ?

Le 2 mars 2017, le journaliste mexicain Cecilio Pineda était retrouvé mort, assassiné. Deux heures avant d’être tué, il postait une vidéo pour dénoncer les amitiés politiques troubles d’un chef de gang. Forbidden Stories vous révèle ce sur quoi il enquêtait.

Cecilio Pineda est mort pour son travail. Partagez son enquête. Forbidden Stories est un projet destiné à sécuriser les données des journalistes menacés dans le monde, afin de pouvoir poursuivre et publier leurs enquêtes en cas d’homicide ou d’arrestation. Forbidden Stories, dont franceinfo est partenaire, assure la survie des histoires, par-delà les frontières, par-delà les gouvernements, par-delà la censure. Pour davantage d’informations et pour soutenir le projet : la page Facebookle compte Twitter et le site https://forbiddenstories.org.

« On dirait qu’il y a des liens très très forts entre le gouvernement et ce chef de gang. Il va continuer à y avoir des morts s’ils ne réagissent pas. » Il est 17h26, le 2 mars 2017, lorsque le journaliste mexicain Cecilio Pineda poste cette vidéo sur sa page Facebook. Une page suivie par plus de 30 000 personnes. Deux heures plus tard, Cecilio Pineda est retrouvé assassiné près de sa voiture.

Cecilio Pineda avait l’habitude de critiquer la collusion entre les narcotrafiquants et le pouvoir politique au Mexique. Dans sa dernière vidéo, ce reporter dénonçait les pratiques d’un homme, El Tequilero, un chef de gang qui sème la terreur dans la région de San Miguel Totolapan, dans l’Etat de Guerrero, au sud de Mexico. Sa spécialité : le trafic de drogue et les enlèvements contre rançons. Des crimes couverts par la classe politique mexicaine, selon Cecilio Pineda. Et le journaliste de pointer du doigt en particulier un élu : le député Saul Beltran, qui fut maire de San Miguel Totolapan, et qui est le parrain d’une des filles d’El Tequilero.

Un député chef de gang ?

Une enquête judiciaire a été lancée contre Saul Beltran. Le procureur en charge du dossier s’est rendu à San Miguel Totolapan pour rencontrer les habitants. Dans une vidéo filmée à son insu, le procureur affirme que le député ne serait pas qu’un ami d’El Tequilero : il serait le réel chef du gang. « Je vais vous le dire : le patron d’El Tequilero s’appelle Saul Beltran Orozco, lance-t-il. Mais il a l’immunité parlementaire… »

Source – France Info

 
Cecilio Pineda, un journaliste mexicain mort deux heures après avoir dénoncé les amitiés politiques troubles d’un chef de gang

Article du 3 mars 2017 – Guerrero – Le journaliste Cecilio Pineda abattu près de chez lui !

Un journaliste a été abattu jeudi par un commando dans l’Etat de Guerrero, ont annoncé les autorités locales. Cecilio Pineda Brito couvrait l’actualité dans la Tierra Caliente, zone de culture de marijuana et d’opium qui connaît depuis plusieurs mois une vague d’enlèvements.

Criblé de balles par des inconnus

Ce journaliste, Cecilio Pineda Brito, a été criblé de balles par des inconnus alors qu’il était couché dans un hamac près d’une laverie automatique de voitures dans la localité de Ciudad Altamirano où il résidait, a annoncé le parquet de Guerrero dans un communiqué.

Cecilio Pineda travaillait dans une région du Guerrero appelée Tierra Caliente. Il était le directeur du journal local La Voz de la Tierra Caliente et ancien correspondant du quotidien national La Jornada.

Des menaces sur les réseaux sociaux

Les services de secours sont arrivés sur les lieux après l’attaque du commando, mais le journaliste est décédé alors qu’il recevait les premiers soins. Cecilio Pineda avait déclaré sur les réseaux sociaux avoir reçu des menaces. En septembre 2015, il était parvenu à échapper à une attaque près de sa maison. Il couvrait l’actualité dans la Tierra Caliente, zone de culture de marijuana et d’opium qui connaît depuis plusieurs mois une vague d’enlèvements.

Pays d’Amérique latine le plus dangereux pour les journalistes 

L’organisation Reporters sans Frontières (RSF) a annoncé début février que le Mexique était le pays d’Amérique latine le plus dangereux pour l’exercice du journalisme, avec 99 journalistes assassinés de 2000 à 2016. Au niveau mondial, le Mexique occupe la troisième place pour le nombre de journalistes assassinés derrière la Syrie et l’Afghanistan, selon RSF.

Source – Agences

Mexique – Liberté de la presse – Assassinat du journaliste Cecilio Pineda Brito (2 mars 2017)

La France condamne l’assassinat du journaliste Cecilio Pineda Brito, directeur de « La Voz de la Tierra Caliente », survenu le 2 mars dans l’État du Guerrero. Les auteurs de ce crime devront être traduits en justice.

Nous présentons nos condoléances aux proches de M. Pineda Brito et saluons le courage des journalistes qui risquent leur vie pour assurer une information libre.

Nous réitérons notre attachement à la liberté de la presse ainsi qu’à la protection des journalistes partout dans le monde.

Tourimex Banner

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *