Insolite – Recherche tableau de Frida Kahlo désespérément !

Un avis de recherche pour retrouver La table blessée, un chef-d’oeuvre de l’artiste mexicaine disparu il y a plus de 60 ans, a été lancé. Près de l’affichette en forme d’avis de recherche, une petite boite à idées invite les visiteurs de l’exposition à «entrer dans l’Histoire» en suggérant des pistes pour retrouver le chef-d’oeuvre volatilisé.

«Qui peut nous dire ce qui est arrivé au tableau disparu, où peut-on le retrouver?» L’affichette trône à côté d’une photo de La table blessée, le plus grand tableau que l’artiste mexicaine Frida Kahlo ait jamais peint, un chef-d’oeuvre surréaliste mystérieusement disparu en 1955 à Varsovie.

Ines et Joana Cavaco, deux jeunes Portugaises, ont fait une nuit de bus pour venir voir l’exposition consacrée à Kahlo et à son compatriote et mari Diego Rivera, présentée à Poznan (ouest de la Pologne) jusqu’au 21 janvier. On y découvre une réplique grandeur nature de 2,44 m sur 1,21 m, en noir et blanc, de la toile manquante: un double auto-portrait figurant l’artiste assise derrière une table tâchée de sang, entre un Judas et un squelette, un tableau faisant penser à la Cène.

Près de l’affichette en forme d’avis de recherche, une petite boite à idées invite les visiteurs de l’exposition à «entrer dans l’Histoire» en suggérant des pistes pour retrouver le chef-d’oeuvre volatilisé. «J’ai écrit que probablement le tableau a été détruit, ou il a été volé et vendu sur le marché noir», déclare à l’AFP Ines Cavaco, 21 ans, étudiante à Cracovie. «C’est évident: il est accroché chez quelqu’un dans son salon», estime sa soeur Joana, 23 ans, une grande fan de Kahlo qui comme elle porte une coiffure parée de fleurs.

L’exposition Frida Kahlo et Diego Rivera: le contexte polonais au centre culturel ZAMEK, un château construit pour l’empereur Guillaume II et destiné plus tard à Hitler, retrace les liens peu connus de ce célèbre couple d’artistes avec la Pologne.

Un chef-d’oeuvre estimé à 20 millions de dollars

Leurs tableaux sont accrochés aux murs d’un jaune qui rappelle la palette flamboyante de Kahlo et sa joie de vivre, gardée malgré des problèmes de santé et en dépit des aventures amoureuses de son époux Rivera. Deux salles sont consacrées à deux autres artistes d’origine polonaise et proches du couple: la photographe Bernice Kolko, qui a notamment pris Kahlo sur son lit de mort en 1954, et la peintre muraliste Fanny Rabel, une de ses quatre élèves les plus dévouées.

Une autre salle rappelle l’exposition sur l’art mexicain présentée à Varsovie en 1955, dernier endroit où fut montrée La table blessée. «Il doit être quelque part. Il n’a pas pu juste disparaître, un tableau si grand. À moins qu’ils l’aient brûlé dans un poêle dans les années 1950…», a déclaré à l’AFP Helga Prignitz-Poda, la commissaire de l’exposition Kahlo et Rivera. «C’est une des raisons pour lesquelles j’ai fait cette exposition. Peut-être qu’un jour quelqu’un en Pologne a vu ce tableau quelque part», a-t-elle ajouté.

Lire la suite sur le Figaro.fr 

Tourimex Banner

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *