Juan Gabriel : L’Elvis latino, icône du Mexique, est mort !

1500 chansons, une soixantaine d’albums, des tenues de scène clinquantes et des rancheras bouleversantes…Une star s’est éteinte. L’Elvis latino, le « Divo » de Juarez…Juan Gabriel, immense star de la musique latine créditée de plus de 100 millions d’albums vendus, est mort à 66 ans.

Au surlendemain d’un concert donné au Forum de Los Angeles et à quelques heures d’une autre date de sa tournée MeXXico Es Todo Tour prévue à El Paso, à la frontière entre le Texas et le Mexique, le chanteur s’est éteint à son domicile de Santa Monica (Californie), selon son agent.

L’artiste au style flamboyant, réputé pour ses performances musicales enlevées et ses tenues exubérantes de style mariachi, aurait succombé à une crise cardiaque. La fin d’une histoire à sensation, qui va de l’orphelinat au panthéon de la musique…

Né en 1950 au sein d’une fratrie de dix dans l’État de Michoacan (ouest du Mexique), Alberto Aguilera Valadez, de son véritable nom, n’a guère connu son père Gabriel, un fermier interné en hôpital psychiatrique à Mexico – et définitivement perdu pour sa famille – alors qu’il était encore bébé.

Incapable de subvenir seule aux besoins de tous ses enfants, sa mère Victoria, femme de ménage, le place alors dans un orphelinat. Malgré cette séparation, elle est restée dans son coeur jusqu’à sa mort (en 1974) et a été la source d’inspiration d’un de ses plus grands succès, Amor Eterno (Eternal Love). « Même si je n’ai pas l’amour de ma mère aujourd’hui, j’ai l’amour de millions de gens. Son amour me parvient à travers toutes les mères du Mexique« , déclarait-il à ce sujet en 2012, en interview avec le quotidien La Jornada.

Après être parti de l’orphelinat, le jeune Alberto rencontre un professeur de musique, Juan Contreras, qui deviendra son mentor au point qu’il utilisera plus tard son prénom (qui est aussi celui de son paternel) pour son nom de scène.

À 13 ans, il écrit la première (La Muerte del palomo) de ses quelque 1 500 chansons, dont certaines seront reprises par d’autres artistes, tels Paul Ankaou Marc Anthony, devenu une référence de la musique latine aux États-Unis après s’être approprié Hasta Que Te Conoci.

Adolescent, il vit en SDF à Mexico, dort dans les rues ou les stations de transports en attendant de percer dans le monde de la musique. Une période au cours de laquelle il est arrêté et emprisonné pour vol. Il décroche son premier contrat avec une maison de disques à 21 ans en 1971 et signe son premier succès, No Tengo Dinero (I Don’t Have Any Money).

Les prémices d’une carrière phénoménale qui le verra devenir le plus grand chanteur mexicain, avec plus de 100 millions d’albums vendus et des chansons – ballades sentimentales aussi bien que morceaux rythmés – devenues des classiques dans toute l’Amérique latine, en Espagne et au sein de la communauté hispanophone des Etats-Unis : Hasta Que Te Conoci (Until I Met You)Amor Eterno (Eternal Love) ou encore Querida (Dear), qui sera resté numéro un des charts mexicains pendant toute une année. « Juan Gabriel, c’est notre Elvis« , revendiquait en 2015 une autre star emblématique de la scène latine, le Colombien Juanes, dans un entretien avec le magazine américain Billboard.

UN PERSONNAGE SPECTACULAIRE, UN HOMME SECRET

« Il nous a quitté pour devenir un bout d’éternité et nous a laissé son legs à travers Juan Gabriel, le personnage qu’il a créé pour toute la musique qui a été chantée et jouée partout dans le monde« , a annoncé son attaché de presse.

Le président mexicain a adressé ses condoléances aux parents et amis du défunt, un entourage qui demeure une partie assez mystérieuse de l’existence de Juan Gabriel. L’artiste ne donnait que peu d’interviews et s’abstenait scrupuleusement d’évoquer sa vie privée : il n’avait pas même commenté, ni pour confirmer ni pour infirmer, la relation homosexuelle que son ancien assistant Joaquin Munoz avait raconté avoir vécue avec lui dans un ouvrage (Juan Gabriel et moi), et ce n’est que des années plus tard que le public avait appris qu’il était le père de quatre enfants avec son amie Laura Salas.

« Je ne suis pas marié, je n’ai pas l’intention de me marier un jour. Je suis très bien seul. J’ai beaucoup d’amours, mais les plus importants sont pour moi ma mère, mes enfants, ma soeur, mes frères, mes nièces et neveux, et mes chansons« , est-il indiqué dans sa biographie sur le site de la Société mexicaine des auteurs compositeurs de musique.

Nominé six fois aux Grammy Awards et intronisé en 1996 au Billboard Latin Music Hall of Fame, Juan Gabriel, qui a également produit et écrit pour d’autres chanteurs (comme Luis Miguel) mais a aussi été acteur dans plusieurs films, brille depuis 2009 sur le Walk of Fame de Hollywood Boulevard, où son étoile continuera à faire scintiller sa légende.

Source – www.purepeople.com

Tourimex Banner

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *