Occitane

Le Vatican dément toute participation du pape au processus de paix du Mexique !

Le Vatican a démenti hier toute participation par vidéoconférence du pape François à des consultations proposées par le président élu du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, pour parvenir à la paix dans son pays miné par la violence.

« L’information selon laquelle le Saint Père participera à la conférence est dépourvue de tout fondement », a affirmé le porte-parole du Vatican Greg Burke, dans une courte déclaration envoyée à l’AFP.

La participation du pape argentin aux discussions, prévues du 7 août au 30 novembre, avait été annoncée samedi par Loretta Ortiz, la conseillère aux Droits de l’Homme du président élu. A l’issue d’une réunion avec des membres du futur cabinet de M. López Obrador, qui prendra ses fonctions le 1er décembre, Mme Ortiz avait déclaré que le souverain pontife avait accepté de participer par « vidéoconférence » mais que les détails n’étaient pas encore calés.

La polémique n’avait cessé d’enfler ces derniers jours, dépassant largement les seules frontières mexicaines. Dans un court texte diffusé lundi 16 juillet, le porte-parole du Vatican, Greg Burke, a formellement démenti la rumeur selon laquelle le pape François aurait accepté de participer aux discussions pour la paix annoncées par le futur gouvernement mexicain. « L’information selon laquelle le Saint-Père [y] participera (…) est dépourvue de tout fondement », écrit ainsi Greg Burke.

Après le démenti du porte-parole du Vatican, elle a apporté une « clarification », affirmant sur son compte Twitter que la manifestation de la volonté du pape de soutenir le processsus s’est faite « jusqu’à présent » de manière « informelle ». « Nous sommes en train d’effectuer les formalités nécessaires pour pouvoir compter sur sa participation », a-t-elle ajouté.

Le Haut-commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme devrait participer aux discussions, ainsi que différents experts, des représentants d’organisations internationales, des familles de victimes et des militants.

Depuis le lancement par les autorités mexicaines d’une guerre contre le narcotrafic et le crime organisé en 2006 avec la participation de l’armée, plus de 200.000 personnes ont été tuées au Mexique.

Source – Agence

Tourimex Banner