Non, la Coupe du monde 2018 n’a pas provoqué de microséisme au Mexique !

Un tweet de l’Institut d’analyse sismique et d’étude géologique mexicain (SIMMSA) a secoué le monde du football, et même le Web. Un but marqué lors de la Coupe du monde 2018 aurait provoqué un microséisme au Mexique. Mais le Service de sismologie national (SSN) dément l’information.

Lorsque plusieurs milliers de personnes chantent et sautent à l’unisson, des vibrations apparaissent sur les relevés des sismographes. Le phénomène est connu des spécialistes de l’étude des mouvements telluriques. C’est pourquoi l’annonce du SIMMSA (Institut d’analyse sismique et d’étude géologique mexicain) de l’enregistrement d’un « séisme artificiel » ce 17 juin 2018, causé par des supporters enthousiastes (voir ci-dessous), pouvait sembler plausible. Mais selon les experts du Service de sismologie national mexicain (SSN), l’interprétation des mesures est incorrecte, comme nous le signale Mathieu Perton, du département de sismologie de l’Unam (Universidad Nacional Autónoma de México).

Pour mieux comprendre leur point de vue, précisons que les capteurs enregistrent à longueur de journée — un peu moins de nuit — un bruit résultant des activités humaines. Sur les relevés des capteurs situés à proximité de Mexico, ce bruit a diminué au moment du match opposant le pays à l’Allemagne. Comme si les habitants de la ville avaient alors retenu leur souffle.

Sur cet enregistrement du Service de sismologie national du Mexique, les heures de début et de fin du match Mexique-Allemagne sont indiquées par les lignes verte et rouge. Le but marqué à 10 h 35 est figuré en mauve (¡GOL!) et les séismes naturels enregistrés en jaune. © Service de sismologie national du Mexique

Des séismes dus à l’activité sismique naturelle

Au moment du but inscrit par Hirving Lozano, en effet, des vibrations pouvant être attribuées à la liesse populaire ont été enregistrées. Mais elles sont sans rapport avec le signal déclenché par un véritable séisme, très différent. « Oui, il existe des mouvements de foules qui peuvent être détectés par des sismomètres, et c’est le cas à Barcelone , mais leur signature sismique n’est pas une secousse brève, comme celle des séismes d’origine naturelle, et ne correspond donc pas aux signaux montrés dans le blog. C’est plutôt une vibration incohérente et qui dure plus de temps (30 secondes environ), comme cela pourrait être le cas pour quelques signaux montrés dans le rapport du SSN » commente Mathieu Perton.

Les experts du SSN concluent qu’il y a bien eu deux tremblements de terre, de magnitude 2,6 et 2,7 enregistrés à Mexico le 17 juin 2018, respectivement à 10 heures 24 et 12 heures 01. Mais ils n’ont aucun lien avec la Coupe du monde de football 2018. Ils sont simplement dus à l’activité sismique typique du bassin du Mexique. Une activité faible et de faible ampleur, mais de plusieurs séismes par an tout de même.

Source – www.futura-sciences.com

 

Tourimex Banner

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *