Séisme au Mexique : les secouristes mettent fin à leurs recherches ! (Videos)

Deux semaines après le séisme qui a frappé Mexico, les chercheurs ont décidé de mettre un terme à leurs recherches. Le corps de la dernière victime du séisme du 19 septembre à Mexico a été sorti des décombres d’un immeuble de la capitale, ont annoncé mercredi les autorités.

« En nous appuyant sur la liste fournie par les familles et les témoins qui travaillaient (…), nous ne pensons pas localiser d’autres victimes », a indiqué le maire de Mexico Miguel Angel Mancera sur une chaîne de télévision nationale. Le dernier corps a été dégagé d’un immeuble de bureaux de six étages où 49 corps ont été récupérés, dans le quartier de Roma-Condesa, l’une des zones les plus touchées par le séisme.

366 morts au total. Durant les premiers jours qui ont suivi le tremblement de terre, vingt-neuf personnes avaient pu être sorties vivantes de cet édifice. Les familles des personnes portées disparues s’étaient installées sous des tentes à proximité des décombres durant plus d’une semaine et, exaspérées par l’attente interminable, avaient menacé de se lancer elle-même dans les recherches. Les travaux de démolition de ce qui reste de l’édifice devraient débuter dans la journée.

Le séisme aura fait au total 366 morts, la majorité dans la capitale.  Si la mégapole est depuis revenue à la normalité, environ 1.800 édifices ont subi des dommages importants et vont nécessiter une opération de réhabilitation, voire de démolition.  Des mesures pour la reconstruction devraient être annoncées par le président Enrique Peña Nieto au cours de la journée.

Article du 28 septembre 2017 – Le bilan 10 jours après le drame ! 

Dix jours après le séisme, des milliers de Mexicains restent sans logement ! Des milliers de Mexicains ne pouvaient toujours pas mercredi retourner chez eux en raison des risques d’effondrement de leur immeuble, après le séisme du 19 septembre.

Encore traumatisés par le séisme du 19 septembre qui a fait plus de 300 morts, des milliers de Mexicains ne pouvaient toujours pas retourner chez eux mercredi en raison des risques d’effondrement. Plus de 9.000 immeubles de Mexico ont déjà été inspectés et la plupart sont habitables, selon le maire de la capitale, mais quelque 700 bâtiments nécessitent une intervention et 300 présentent des dommages importants. La ville de Mexico a approuvé une aide au loyer temporaire de 3.000 pesos (142 euros) par mois pour les sinistrés.

Les stigmates du séisme visibles. Malgré le traumatisme, la mégapole de 20 millions d’habitants reprenait sa vie normale, entre embouteillages et reprise de l’école, du travail et même du championnat mexicain de football. Mais les stigmates du séisme restaient visibles avec des immeubles endommagés ou détruits, entourés de barrières et de bande plastique jaune.

Un bilan humain et matériel lourd. Le séisme de magnitude 7,1 est survenu 32 ans jour pour jour après le dramatique tremblement de terre de 1985, qui avait fait plus de 10.000 morts, et jusqu’à 30.000, selon certaines estimations. Huit jours plus tard, le bilan humain et matériel est lourd : 333 morts et, dans la capitale, 39 immeubles effondrés, piégeant des centaines de personnes à l’intérieur. Des habitants ont également péri dans les Etats de Morelos, Puebla, Mexico, Guerrero et Oaxaca.

69 personnes sorties vivantes. Comme en 1985, des milliers de volontaires ont participé aux recherches, fouillant à mains nues les décombres avant d’être rejoints par des équipes de secours du Mexique et du monde entier. Grâce à cet effort collectif, 69 personnes ont pu être sorties vivantes dans la capitale. Mais depuis vendredi soir, seuls des corps sans vie sont remontés à la surface.

Article du lundi 25 septembre 2017 

Près d’une semaine après le séisme qui a fait plus de 300 morts au Mexique, un infime espoir de retrouver des survivants sous les décombres poussait lundi les secouristes à poursuivre leurs opérations.  Un détachement français d’intervention spéciale est arrivé lundi à Mexico.

Lundi, les sauveteurs mexicains et étrangers s’activaient sur cinq sites de la capitale mexicaine, selon son maire Miguel Angel Mancera. Le gros des effectifs se concentrait sur un immeuble de bureaux de sept étages du quartier de Roma.

La Protection civile a fait savoir qu’une quarantaine de familles étaient toujours sans nouvelles des leurs.

Le bilan du séisme de magnitude 7,1 qui a frappé le 19 septembre était lundi de 324 morts, dont plus de la moitié (186) dans la capitale, où vivent 20 millions de personnes, selon la Protection civile.

Franchi vendredi, le délai critique des premières 72 heures, au-delà duquel les chances de survie sont très faibles, paraît désormais bien loin. Même si les Mexicains se souviennent des sauvetages « miracles » accomplis après le grand séisme du 19 septembre 1985, qui avait fait plus de 10.000 morts, et jusqu’à 30.000 selon certaines estimations.

Un détachement français d’intervention spéciale est arrivé lundi à Mexico. Cette équipe de la Birta (Brigade internationale de recherches techniques et d’assistance) doit se rendre dans l’Etat de Morelos, proche de l’épicentre au sud de Mexico, où les secours ont été plus rares que dans la capitale. On y dénombre 73 morts, selon le dernier bilan officiel. Le nom Topos Azteca a été donné aux membres de l’association Birta, créée après le séisme au Mexique, en 1985, le terme Topos signifiant taupes, en référence aux galeries creusées dans les décombres pour aller dégager les victimes. |

Pendant ce temps, une polémique concernant l’école Enrique Rebsamen, où ont péri 19 enfants et sept adultes, commençait à enfler à Mexico: selon les médias locaux, l’établissement privé aurait produit de faux documents aux autorités pour pouvoir fonctionner.

« Si cela devait se confirmer, ce serait très grave », a déclaré à la chaîne Televisa le ministre de l’Education Aurelio Nuño, ajoutant que ses services allaient enquêter.

Les embouteillages ont réapparu lundi sur les grandes avenues de Mexico mais le retour à la normale est freiné par la fermeture de la plupart des écoles. Les passagers étaient nombreux dans le métro de la capitale. Dans les rues, cyclistes et automobilistes reprenant leurs trajets quotidiens et des joggeurs renforçaient l’impression de normalité.

Sur les 8.700 établissements primaires et secondaires de la capitale, seuls 103 ont rouvert leurs portes lundi matin, selon le ministère de l’Education. Tous les autres doivent être inspectés avant de pouvoir recommencer les cours.

Plus de 9.000 immeubles de Mexico ont déjà été inspectés et la plupart sont habitables, selon le maire de la capitale. Quelque 700 bâtiments nécessitent une intervention et 300 présentent des dommages importants, a-t-il ajouté.

Ces derniers jours, les autorités mexicaines, jusqu’au président Enrique Peña Nieto, ont tenté de rassurer les familles en assurant qu’aucun immeuble ne serait démoli tant que tous les corps n’auront pas été récupérés.

Le point sur la situation dimanche 24 septembre 2017 !

La douleur est immense et les larmes difficiles à contenir. Au Mexique, l’heure est au recueillement, cinq jours après le séisme. La société civile se mobilise pour acheminer l’aide d’urgence aux sinistrés mais la situation générale est compliquée.

Pour suivre l’actualité heure par heure ou consulter les annonces et les soutiens, rendez vous sur notre page facebook: https://www.facebook.com/legrandjournalmexique

Une sonnerie annonce la fin des opérations de sauvetage dans une usines textile, mais les bénévoles veulent encore y croire. Une femme est persuadée que des victimes se trouvent encore sous les décombres. Elle incite les sauveteurs à revenir sur le site. Un peu plus loin, dans un autre quartier, la tension monte avec la police. Il resterait toujours une vingtaine de personnes portées disparues à Mexico (Mexique).

Ce tremblement terre de magnitude 7,1 sur l’échelle de Richter, le plus meurtrier subi par le Mexique au cours des 30 dernières années, a fait plus de 300 morts et des milliers de sinistrés pour qui l’aide a du mal à s’organiser.

Dans l’énorme élan de solidarité qui a suivi la catastrophe, de nombreux citoyens se sont improvisés convoyeurs bénévoles de produits de première nécessité. Mais l’acheminement de cette aide d’urgence reste très difficile !

Comme souvent en cas de catastrophe naturelle, les radios s’imposent comme trait d’union. A Cuernavaca, capitale de l’Etat, la station Radiorama Morelos joue aussi les centres de collecte d’aide. Magda Garcia Sanchez, directrice commerciale, déplore le manque d’organisation des distributions.

A cela s’ajoute la crise de confiance avec les institutions. Certains citoyens craignent les confiscations et les détournements. A tel point qu’ils s’interpellent d’une voiture à l’autre pour se filmer en cas de contrôle de police.

La secousse enregistrée samedi, moins destructrice, a renouvelé les craintes d’une population déjà éprouvée par la catastrophe. Le volcan Popocatepetl, visible par beau temps par les quelque 20 millions d’habitants de la métropole de Mexico, est entré deux fois en éruption dans la journée, projetant gaz, cendres et vapeur d’eau.

A Mexico, les quartiers les plus touchés par la secousse de mardi sont ceux de la Roma et Condesa, deux zones branchées, célèbres pour leurs constructions de la première moitié du XXe siècle.

Malgré un bilan de près de 300 morts, Christian Ledezma, professeur en ingénierie des structures à l’université catholique du Chili, juge que les dommages sur les bâtiments ont été limités. « Le pourcentage d’immeubles qui se sont effondrés par rapport à la quantité totale d’immeubles à Mexico n’est pas très élevé« , explique-t-il à l’AFP.

Le point sur la situation au 22 septembre !

Trois jours après le terrible séisme qui a frappé le centre du Mexique, 50 personnes étaient toujours portées disparues. L’état et les différentes autorités débloquent des fonds mais la colère gronde contre l’autoritarisme voir la corruption.

Le bilan du séisme se porte à au moins 273 morts. Cinquante personnes restent portées disparues, a précisé le maire de Mexico, Miguel Angel Mancera. On dénombre en outre 1.900 blessés qui ont dû recevoir des soins, a déclaré le chef de l’Etat, Enrique Pena Nieto.

Les secouristes concentrent leurs recherches sur dix bâtiments de la capitale pour retrouver des survivants du séisme de mardi au Mexique, le plus meurtrier depuis 30 ans, qui a fait au moins 273 morts selon le dernier bilan. Parmi les personnes prises au pièges figurent cinq employés taïwanais d’une usine textile du centre de Mexico.

A lꞌécole Rebsamen, où vingt-et-un enfants mexicains sont morts au cours du séisme du 19 septembre, la chaîne Televisa et le ministère de la Marine ont mis en scène lꞌopération de sauvetage dꞌune élève qui nꞌa jamais existé. La farce a impliqué le présentateur Carlos Loret de Mola, chef dꞌorchestre du montage médiatique de 2005 contre Florence Cassez. Lire la suite et notre reportage en ligne ICI

Tous les élèves du Colegio Enrique Rebsamen ont désormais été comptabilisés, qu’ils aient ou non survécu à l’effondrement de leur école, et les recherches se concentrent sur cet adulte. Au total, 19 enfants et six adultes ont été tués dans l’école et onze enfants ont été secourus, a précisé la Marine, qui y dirige les recherches.

Jeudi, le maire de la capitale, Miguel Angel Mancera, a déclaré l’Etat d’urgence, débloquant un fonds de 140 millions d’euros. Dans la foulée, le président Enrique Peña Nieto a assuré que « la recherche des survivants se poursuit », après avoir annoncé trois jours de deuil national. Selon lui, le gouvernement dispose aussi d’un fonds pour les désastres naturels (312 millions d’euros) et d’une assurance (125 millions d’euros) pour lancer la reconstruction.

Mais la colère gronde 

Aujourd’hui, 20 000 fonctionnaires municipaux déployés sont épaulés par 10 500 militaires et policiers fédéraux. « Ils ne coordonnent pas l’acheminement des vivres là où il y a des besoins, peste Mme Paez, avertie que les habitants du quartier lacustre de Xochimilco, à l’extrême sud de Mexico, manquent d’eau et de nourriture. Le gouvernement n’est pas à la hauteur du désastre ! »

Depuis le tremblement de terre de 1985, la mairie a renforcé les normes parasismiques. Les permis de construire doivent être avalisés par un maître d’œuvre homologué. « Ces règles strictes ont réduit les dégâts par rapport à ceux de 1985, reconnaît l’architecte Valente Souza. Mais elles ne sont pas toujours respectées et contrôlées à cause de la corruption et du manque d’esprit civique de certains promoteurs et fonctionnaires cupides. » Le quotidien El Universal avance les mêmes soupçons : « Y-a-t-il eu négligence, collusion ou omission, au moment d’autoriser ces constructions ? », interroge son éditorial, publié jeudi.

Dans le centre historique, Miguel Angel Osorio Chong, ministre de l’intérieur, a été accueilli, mercredi, par des insultes et des jets de bouteilles. Ailleurs se sont des maires qui se font houspiller voir malmener ! Des videos circulent sur les réseaux sociaux montrant une société en colère qui refuse tout autoritarisme !

Le point à 22hrs mercredi 21 septembre ! (Videos)

48 hrs après le séisme, passé les premières urgences et un bilan matériel catastrophique, les polémiques fusent sur les réseaux sociaux. La colère monte alimentée par la manipulation des médias et des rumeurs de corruption dans certains états !

Selon le sous secrétaire à la Marine, le petite Frida Sofia n’existe pas ! Ce dernier est intervenu sur les médias en mi journée pour annoncer que les enfants du collège Enrique Rebsamen étaient soit rentrés chez eux soit décédés ! Une femme serait bien coincée sous les décombres mais aucun enfant n’est visiblement vivant ! La polémique faisait rage depuis ce matin avec en point de mire la chaîne de TV Televisa qui serait à l’origine de ce montage médiatique !

Ce sont les mères de famille du collège Rebsamen qui ont lancé l’alerte sur le canal TV de Carmen Aristegui en confirmant qu’aucun élève du nom de Sofia ou Frida manquait à l’appel, que tout cela n’étais que foutaise et manipulation. Stupeur générale, car le monde entier avaient les yeux rivés sur cette école en attendant un sauvetage extraordinaire, espoir d’une tragédie générale !

Les mexicains sont furieux car en 1985, déjà, les médias avaient joué sur les sentiments et la fibre émotionnelle avec le supposé sauvetage du jeune Luis Ramón “Monchito” Navarrete, de 9 ans d’âge qui n’existait pas. L’histoire se répète donc !

Le séisme est aujourd’hui politique, l’opinion publique faisant pression sur les autorités pour trouver des solutions immédiates et futurs au vu du désastre matériel considérable qu’il faudra financer !

Le parti au pouvoir (PRI) a donc annoncé vouloir dédier 25% de son financement annuel soit 258 millions de pesos à la reconstruction. Idem de la part du candidat favori aux élections présidentielles de 2018, Andrés Manuel Lopez Obrador et son parti Morena qui eux proposent 50% du budget qui leur sera alloué par l’INE (institut national electoral) soit à peu près 400 millions de Mxn.

Pedro ferriz de Con, candidat indépendant et journaliste reconnu fait appel aux différents instances institutionnelles pour bloquer la totalité des 60 milliards de Mxn qui seront selon lui affectés à cette élection.

Quoi qu’il en soit, les besoins financiers nécessaires à la reconstruction seront collossaux !

Rien que sur Mexico plus de 3000 édifices sont dans un état délabré et certains sur le point de d’effondrer. Routes, ponts, écoles et divers infrastrutures ont souffert dans 5 états de la république proches de Mexico et à cela il faut rajouter les états du Oaxaca et du Chiapas durement touchés par le séisme du 07 septembre dernier ! La Unam (université de Mexico) va mobiliser 4000 étudiants, architectes, ingénieurs en formation pour participer à l’évaluation des degâts !

Aujourd’hui le président Peña c’est rendu dans la ville de Chiautla de Tapia dans l’état de Puebla durement affecté par le séisme.

On compte ce soir plus de 273 morts dont 137 sur Mexico, 73 dans l’état de Morelos et 45 sur Puebla. Bien que 95% du réseau électrique soit en service, la population manque d’eau ! Plus de 471 citernes soit 15 millions de litres d’eau ont été distribués en ville.

Au Morelos, le gouverneur Graco Ramirez est lui critiqué pour sa gestion de l’aide externe. Ses équipes ont détourné 2 camions d’aide d’urgence provenant de l’état du Michoacan vers les services du DIF sans raison particulière ! Rappelons que certaines localités de l’état de Morelos comme Tepalcingo, Totolapan, Ticuman, Alpanoca et Yautepec sont dans une forte détresse !

La population est en émoi et un air de révolte est aujourd’hui perceptible un peu partout !

Le point à 09hrs mercredi 21 septembre !

Le Président Peña est intervenu à la TV hier soir pour réaliser un point sur la situation. Le maire de Mexico aussi. La pluie complique un peu les recherches et plus de 2,600 personnes sont logés dans les refuges !

Pour suivre toutes les infos En Vivo, rendez vous sur notre page Facebook !

Toujours aucunes nouvelles de la petite « Frida » et des 4 ou 5 enfants qui se trouvent encore sous les décombres du collège Rebsamen. Les recherchent continuent et le Mexique retient son souffle !

La ville de Mexico a des airs de lendemain de fête et ce qui interpelle le plus c’est le silence relatif et totalement inhabituel. Les habitants sont confinés chez eux ou sur les secteurs sinistrés pour aider aux déblaiements.

Le président Peña est intervenu en direct sur la TV. Selon la présidence 1,900 personnes ont été soignées et la plupart avaient déjà quitté les hôpitaux. 95 % des foyers ont été reconnectés à l’électricité et la plupart des services publics sont en activité. Le président a remercié les pays qui envoient de l’aide en particulier les États-Unis, l’Espagne, Israel et le Japon.

Le bilan tard hier soir était de 217 morts au total dont 86 sur la ville de Mexico et 71 dans l’état de Morelos durement touché par le tremblement de terre.

Le maire de Mexico a lui annoncé 108 morts dans sa ville et 102 blessés graves. Un gros problème que doit affronter la ville de Mexico sont les possibles écroulements d’immeubles qui ne tiennent plus debout. 2400 immeubles sont et seront contrôlés dans les jours à venir.

Hier sont arrivés du monde entier des brigades de secours. Le Japon a lui envoyé 72 hommes et 4 chiens, la France 12 hommes de la Gendarmerie Nationale qui seront opérationnels sur le sinistre du collège Rebsamen selon nos informations !

Le président Français, Emmanuel Macron c’est entretenu avec le Président Peña et lui a fait part de ses condoléances et du soutien inconditionnel du peuple de France.

Un tweet est également disponible en ligne.

Placido Domingo qui avait beaucoup aidé le Mexique lors du tremblement de terre de 1985 a également rappelé son soutien au peuple mexicain.

Par ailleurs une liste circule sur le net relayée par Mexico Accueil a la recherche d’une douzaine de Français « portés disparus » et qui pour le moment ne se sont pas manifesté. Voir l’alerte sur la page FB de la Prensa Francesa: https://www.facebook.com/legrandjournalmexique

Le point à 16hrs au 20 septembre 2017 !

Le Mexique retient son souffle et les mexicains ont aujourd’hui les yeux rivés sur leur poste de télévision pour suivre les secouristes qui s’activent à déterrer une petite fille de 7 ans encore vivante dans les décombres du collège Enrique Rebsamen !

Le bâtiment n’a pas résisté au tremblement de terre qui a frappé Mexico et une partie du Mexique mardi midi. Une vingtaine de personnes, élèves et professeurs, pourraient encore être coincés vivants sous les gravats.

Les secouristes équipés de materiel sophistiqué tels que capteurs de chaleurs, capteurs de proximité, capteurs de vision ont repéré cette petite fille et cherchent à la rejoindre via trois différentes entrées que les volontaires déblaient à la main ! La chaleur représente un véritable calvaire et régulièrement il est demandé, le poing levé, aux bénévoles de faire silence pour permettre aux secouristes d’écouter et avancer avec certitude. Selon TV Milenio 3 autres petits seraient aussi en vie !

L’image fait le tour du monde et cet épisode difficile, dont nous espérons une fin heureuse, sera certainement érigé comme symbole d’une tragédie générale ! A regarder en direct sur http://tv.milenio.com/

Ce matin le président Enrique Peña Nieto c’est rendu dans l’état voisin de Morelos qui paie un fort tribut au séisme. La ville de Jojutla est très affectée et nombreux sont les villages qui ont beaucoup souffert bien que les degâts soient moins impressionnants que dans la ville de Mexico.

Le patrimoine colonial et principalement de nombreuses églises sont partiellement détruites ! A Puebla 11 personnes ont trouvé la mort lors d’un baptème et l’effrondrment de la coupole de l’eglise dans laquelle ils se trouvaient.

Cet après midi on dénombre 223 morts au total dont 93 à Mexico, 69 dans le Morelos, 43 sur Puebla, 13 dans l’etat de Mexico et 4 au Guerrero. 15 hôtels ont été évacués sur la ville de Mexico par mesure de sécurité et plus de 400 architectes ont été « requisionnés » pour visiter et évaluer les degâts dans plus de 500 immeubles de la capitale.

Les secours avancent: l’UNAM (Université) a collecté plus de 100 tonnes de vivres et les étudiants font un labeur extrèmement utile. La société civile en général fait preuve dune grande solidarité car nombreux sont ceux qui ne peuvent toujours pas rejoindre leur foyer dans l’immédiat.

Si cet après midi l’électricité est pratiquement rétablie dans tous les quartiers de la capitale, beaucoup doivent encore attendre la reconexion de l’eau courante et du gaz coupé pour des raisons évidentes de sécurité. Les fuites de gaz représentent d’ailleurs la majorité des interventions de la protection civile et sont à l’origine nombreuses évacuations. Des refuges ont été ouverts un peu partout (lire plus bas) couplés à des centres de ravitaillement gratuits pour ceux qui sont dans l’urgence !

Aucun Français ne se trouve « à ce stade » parmi les victimes du séisme de magnitude 7,1 qui a secoué le centre du Mexique mardi, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, mercredi 20 septembre.

Le point à 09hrs du 20 septembre 2017 !

Au moins 225 personnes ont péri, selon un bilan revu à la baisse dans la matinée par les autorités. Le Mexique annonce 3 jours de deuil national ! Les recherches se poursuivent dans les décombres.

Pour suivre la transmission en direct de la situation RDV sur Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=AUH-b5NOF50

Aucun Français ne se trouve « à ce stade » parmi les victimes du séisme de magnitude 7,1 qui a secoué le centre du Mexique mardi, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, mercredi 20 septembre.

« Dans ce moment douloureux, la France exprime sa solidarité avec le peuple et les autorités du Mexique », écrit le Quai d’Orsay dans un communiqué.  »

Au milieu des odeurs de gaz, plusieurs immeubles se sont effondrés ou ont été fortement endommagés. Les autorités de la capitale mexicaine faisaient état d’une cinquantaine de bâtiments en ruine. Le maire de Mexico annonce 94 morts mais 45 personnes ont été sauvées des décombres, 39 immeubles se sont effondrés mais 500 doivent encore être révisés par la protection civile !

Au total on dénombre 71 morts dans l’état de Morelos, 43 dans l’état de Puebla, 12 morts dans l’état de Mexico !

Aurelio Nuño, le ministre de l’éducation nationale informe que 2,224 écoles sont endommagées sur 10 états de la république. A l’école Enrique Rebsamen de Mexico, les secouristes ont établi un contact avec une institutrice et deux élèves coincés en vie sous les décombres. L’établissement s’est partiellement écroulé sous l’effet du séisme, faisant au moins 26 morts -21 élèves âgés de sept à 13 ans et cinq adultes- et entre 30 et 40 disparus, selon les services de secours.

« Une partie du bâtiment s’est effondrée et un nuage de poussière est venu sur nous », a raconté aux médias une institutrice de l’école, Maria del Pilar Marti, la bouche et le nez protégés par un masque.

La CFE (commission électricité) a également informé la population qu’ils ne rétabliraient pas le service électrique dans les quartiers ou se poursuivent les recherches. Il s’agit principalement des quartiers de la Condesa, Hipódromo Condesa, la Doctores, Roma Norte, Roma Sur, Del Valle y Navarte.

De nombreux habitants de Mexico, ne pouvant retourner dans leurs logements endommagés et redoutant les répliques, ont passé la nuit dans la rue, sous des tentes ou dans des abris de fortune, pendant que les sauveteurs professionnels ou volontaires s’affairaient sans discontinuer.

« Les forces armées et la police fédérale travailleront sans repos jusqu’à ce que toutes les possibilités de retrouver des survivants soient épuisées », a déclaré sur Twitter le ministre de l’Intérieur, Miguel Angel Osorio.

Environ 40% de la capitale et 60% de l’Etat de Morelos se trouvaient sans électricité mercredi.

L’info à 20 hrs le 19 septembre 2017

Le point à 20 hrs sur le séisme qui a touché le Mexique et en particulier la ville de Mexico est plus grave qu’anticipé. Pour le moment on compte plus de 130 morts dont 64 dans l’état de Morelos, 36 à Mexico et 29 sur Puebla.

Pour suivre la transmission en direct de la situation RDV sur Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=AUH-b5NOF50

Le président Peña a activé le plan DN-III E et déployé 3,428 militaires sur la ville pour déblayer les 44 immeubles qui se sont écroulés et participer aux secours avec les membres de la protection civile ! La population fait preuve d’une grande solidarité distribuant des vivres et du matériel de déblaiement !

La présidence du Mexique vient aussi d’annoncer que dans le sud de Mexico (Colegio Enrique Rebsamen) une école privée c’est effondrée sur les enfants ! On dénombre 21 morts dont 4 adultes et 30 disparus ! 11 enfants ont été sauvés ! Les écoles seront fermées et les cours suspendus jusqu’à nouvel ordre sur Mexico et les états de Mexico, Guerrero, Hidalgo, Morelos, Puebla, Veracruz et Tlaxcala ! Cela est également valable pour le Lycée français de Polanco !

Par ailleurs le consulat de France, qui suit la situation de très près, informe que les personnes qui ne peuvent pas rejoindre leur domicile ou dont les appartements ne sont pas sécurisés doivent se rendre vers les refuges mis en place par les autorités mexicaines. Les premiers sont situés : – Zocalo – Delegación IIztacalco (trois centres : Leondro Valle, fraccionamiento Coyuya et la Casa de Adulto Mayor « Elena Poniatowska ») – Universidad Iberoamericana. D’autres s’ouvriront dans les heures qui suivent. Consulter le site ICI

On ne déplore pour le moment aucune victime parmi les membres de la communauté française mais une cellule de crise est réunie à l’Ambassade de France !

Depuis 13 hrs 15, la ville de Mexico est en émoi ! Des scènes de panique filmées et postées sur les réseaux sociaux font le tour du monde mais les autorités sont en état d’urgence et sont intervenues rapidement. Les transports publics (gratuits) fonctionnent à nouveau, l’aéroport international est rouvert et il est même possible de communiquer gratuitement sur le réseau Telcel et AT&T.

Cinq millions de foyers sont privés d’électricité mais la CFE (commission électrique) installe en ce moment des générateurs pour permettre de poursuivre les recherches et les secours de nuit ! L’urgence est de retrouver les personnes vivantes parmi les décombres durant les premières heures du sinistre.

On compte déjà plus de 50 personnes sauvées dont 18 dans un seul immeuble de l’avenue Alvaro Obregon ! L’IMSS annonce avoir secouru 135 personnes sur la ville de Mexico.

On dénombre également des dégâts importants sur l’autoroute du soleil qui rejoint Mexico à Acapulco avec notamment l’effondrement de divers ponts dans l’état de Morelos ! Des déviations ont été ouvertes via des routes alternes mais le trajet est pour le moment compliqué !

Dans l’état de Puebla une quarantaine d´écoles sont fortement touchées et de nombreuses églises dont la plus fameuse, los Remedios, qui date du XVIII ème siècle et fut construite sur la Grande Pyramide de Cholula !

Ce matin, jour anniversaire du tremblement du 19 septembre 1985, les autorités ont organisé un exercice de simulation destiné à la population. Depuis cette tragédie, les réglementations pour la construction ont été durcies et un système d’alerte à l’aide de capteurs situés sur les côtes a été développé.

Article publié en début d’après midi

VIDÉO – La secousse, de magnitude 7,1 a provoqué des scènes de panique dans Mexico, mégalopole de 20 millions d’habitants, où plusieurs immeubles se sont effondrés. Un premier bilan fait état de 54 morts dans le Morelos, 4 à Mexico, 8 dans l’état de Mexico et 13 à Puebla !

Regarder la transmission en direct sur Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=AUH-b5NOF50

Un séisme de magnitude 7,1 a secoué Mexico mardi, provoquant des scènes de panique dans cette mégapole de 20 millions d’habitants, 32 ans jour pour jour après le puissant tremblement de terre de 1985 qui avait fait plus de 10.000 morts. Selon le centre géologique américain USGS, l’épicentre de ce séisme se situait dans l’État de Puebla (centre), proche de la capitale.

Plusieurs bâtiments dans la ville ont subi d’importants dégâts, comme en témoignent des vidéos circulant sur les réseaux sociaux. Selon le maire, une vingtaine de batiments auraient été sérieusement endommagés. Dans le quartier central de la Roma, au moins un immeuble était effondré. Plusieurs départs d’incendie ont été signalés dans divers bâtiments où, selon la protection civile, des personnes se trouveraient prises au piège.

Des milliers de personnes en panique sont descendues dans les rues au moment de la secousse. Aucune information n’était disponible dans l’immédiat sur d’éventuelles victimes dans la capitale même, mais un premier bilan fait état de 54 morts dans le Morelos, 4 à Mexico, 8 dans l’état de Mexico et 13 a Puebla ! (centre).

«Je suis bouleversée, je n’arrive pas à m’arrêter de pleurer, c’est le même cauchemar qu’en 1985», a déclaré Georgina Sanchez, 52 ans, en pleurs sur une place de Mexico.

«C’était assez fort. Les bâtiments ont commencé à bouger…Les gens étaient très nerveux. J’ai vu une femme qui s’est évanouie. Les gens étaient en train de courir», a témoigné un peu plus loin Alfredo Aguilar, 43 ans. Le matin même, les autorités avaient organisé un exercice de simulation à destination de la population.

La Bourse a immédiatement suspendu ses cotations et tous les vols au départ ou à l’arrivée de l’aéroport de Mexico ont été suspendus.

Selon l’Institut géologique américain (USGS), qui avait tout d’abord parlé d’une magnitude 7,4, l’épicentre a été localisé à quelques kilomètres au sud-est d’Atencingo, dans l’Etat de Puebla, à une profondeur de 51 kilomètres. Atencingo se trouve à un peu plus de 120 km au sud-est de la capitale. Le Mexique a déjà été ébranlé par un violent séisme de magnitude 8,1, centré sur le Chiapas (sud du pays), le 7 septembre dernier, qui avait fait au moins 98 morts.

Source – Agences 

 

Tourimex Banner

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *