Tourisme – Peut on faire confiance aux gouvernements pour nous déconseiller un voyage ?

Les Etats-Unis ont dévoilé mercredi un nouveau dispositif pour informer leurs citoyens sur les risques à voyager à l’étranger, avec une échelle de quatre niveaux et une carte mondiale interactive. La France et le Mexique sont en catégorie 2, demandant de « faire preuve de prudence accrue » ! Des conseils qui font polémique !

Avant de voyager à l’étranger, les États-Unis conseillent à leurs citoyens de suivre des recommandations formulées dans un tout nouveau dispositif. Un site et une carte interactive informent les voyageurs sur les risques à l’étranger, avec une échelle de quatre niveaux.

Une dizaine de pays figurent en catégorie 4, la pire, qui signifie « Ne pas voyager » : Afghanistan, République centrafricaine, Iran, Irak, Libye, Mali, Somalie, Soudan du Sud, Syrie et Yémen. La Corée du Nord s’y trouve également, mais la législation américaine interdit déjà aux Américains de s’y rendre.

Plusieurs pays pourraient tiquer en constatant leur catégorie, même si le département d’État assure qu’il s’agit simplement d’une présentation différente de ce qui existait auparavant.

Le Mexique et la France en catégorie 2

Des alliés importants des Etats-Unis comme le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne sont en catégorie 2 (« Faire preuve de prudence accrue »). Les pays européens sont prospères et politiquement stables mais des zones touristiques ont subi ces dernières années des attentats au nom de groupes jihadistes….

Pour le Mexique (catégorie 2), le site dresse la liste des endroits à éviter à cause de la violence liée aux cartels de la drogue. 5 états ont été placés en catégorie 4 (comme la Syrie ou le Yémen pourtant en guerre). Il s’agit du Tamaulipas, limitrophe du Texas sur la frontière nord du pays et les états de Sinaloa, Colima, Michoacán et Guerrero sur la côte pacifique !

Et pourtant le tourisme au Mexique est en hausse….

En effet le Mexique vient d’annoncer des chiffres qui font plaisir. Entre janvier et fin novembre 2017, plus de 35 millions de touristes internationaux ont visité le pays soit une hausse de 12,3%, ce qui placerait le Mexique au 7ème rang des pays les plus courus au monde. Avec presque 20 milliards de retombées économiques, soit une hausse de 13,7%, le tourisme représente aujourd’hui près de 9% du PIB et emploi près de 10 millions de personnes.

Selon Evodio Velázquez Aguirre, le maire d’Acapulco, le taux de délinquance a chuté de 50% dans sa ville et aucun incident majeur n’a touché un touriste international en 2 ans ! Un chiffre confirmé par l’INEJI. La catégorie 2 qui touche son état, le Guerrero, ne prend bien évidemment pas en compte les subtilités qui se cachent derrière les chiffres avec une injustice insupportable quand il s’agit d’états aussi grands que certains pays européens comprenant de vastes zones, peut être en partie dangereuses, mais en aucun cas touristiques !

Un outil qui sonne comme une arme diplomatique

Certains pays se sont plaints par le passé de mises en garde aux voyageurs, estimant qu’elles exagéraient les dangers et nuisaient au tourisme ou qu’elles découlaient de considérations strictement diplomatiques.

Ce format vise, selon les responsables étatsuniens, à rendre les conseils plus clairs. « Ce ne sont pas des documents politiques. Cela s’appuie simplement sur notre évaluation de la situation sécuritaire », a expliqué Michelle Bernier-Toth, responsable consulaire.

Chaque pays fait l’objet d’une description sur le site travel.state.gov, détaillant les raisons de la mise en garde (criminalité, terrorisme, santé, catastrophes naturelles, etc.).

Les états-Unis entre la catégorie 3 et 5 selon ses propres critères !

Les États-Unis eux-mêmes ne figurent pas dans le nouveau dispositif. Le taux de meurtres par habitant dans le pays est de 4,88 pour 100 000, ce qui les classe entre les 4,72 de Cuba (catégorie 3, « Reconsidérer votre projet ») et les 5,56 de la Somalie (catégorie 5, « Ne pas voyager ») !

Cuba est au troisième cran, « Reconsidérer votre projet ». Des responsables du département d’Etat ont expliqué mardi à des sénateurs américains qu’une personne connue du gouvernement cubain disposait d’une arme mystérieuse utilisée pour provoquer des lésions cérébrales chez des Américains à La Havane.

Peut on donc faire confiance aux états pour nous déconseiller un voyage ?

C’est dire le niveau de crédibilité que l’on peut donner à ce nouveau dispositif et aux fonctionnaires en général (y compris en Europe) qui avisent les touristes à l’emporte pièce en ne prenant comme références que des limites géographiques très larges sans vraies considérations locales. Rien dans le détail mais tout dans la certitude !

C’est un peu comme les « no-go zones » qui ont affecté le tourisme à Paris en stigmatisant les banlieues parisiennes, des lieux ou séjournent un pourcentage minime voire quasi nul de touristes en France. Ridicule !

Visiter Cancun c’est se retrouver à 5000 kms de Tijuana par la route….Un Paris, Beyrouth en somme et pourtant quand il pleut a Paris on ne demande pas aux libanais de sortir leur parapluie…..Si ces sites étaient aussi précis que la météo on en serait que mieux avisés !

Sources – Agences et rédaction – (www.laprensafrancesa.com.mx)

Tourimex Banner

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *