UE – Mexique : « Accord de principe » sur un nouveau traité de libre-échange !

L’Union européenne et le Mexique ont conclu samedi à Bruxelles « un accord de principe » pour moderniser le traité de libre-échange.

Le traité de libre-échange qui existe entre l’Union Européenne et le Mexique régit leurs relations commerciales depuis 2000. Il va être modernisé avec cet « accord de principe » qui a été signé à Bruxelles en Belgique ce samedi, ont annoncé l’Union Européenne et le Mexique dans un communiqué conjoint.

« Nos négociateurs vont maintenant poursuivre leur travail pour résoudre les questions techniques qui demeurent et finaliser le texte juridique complet », précise le communiqué conjoint, signé par les commissaires européens Cecilia Malmström (Commerce) et Phil Hogan (Agriculture), et le ministre mexicain de l’Economie Ildefenso Guajardo Villarreal.

Un signal en direction des Etats-Unis

L’accord, auquel les deux parties comptaient initialement parvenir l’an dernier, se veut un signal en direction des Etats-Unis, dont le président Donald Trump a lancé les renégociations de l’Aléna, traité de libre-échange de son pays avec le Mexique et le Canada. Les équipes de négociations européenne et mexicaine avaient entamé lundi à Bruxelles la dernière ligne droite des discussions sur cet accord afin de le mettre au niveau de celui signé avec le Canada, le CETA, dont l’UE veut faire un modèle.

« L’Union européenne et le Mexique sont unis pour un commerce ouvert, équitable et fondé sur des règles », ajoute le communiqué, sans détailler le contenu de l’accord ni préciser si le traité devra ou non être soumis au feu vert des parlements des pays membres de l’UE.

Article du 20 avril 2018 – Commerce: UE et Mexique proches d’un accord !

L’Union européenne et le Mexique sont proches d’un accord sur la modernisation du vieux traité de libre-échange qui régit leurs relations commerciales depuis 2000, a-t-on appris vendredi de sources concordantes. 

Les équipes de négociations européenne et mexicaine ont entamé lundi à Bruxelles la dernière ligne droite des discussions sur cet accord afin de le mettre au niveau de celui signé avec le Canada, le CETA, dont l’UE veut faire un modèle.

« Cette session de négociation doit s’achever aujourd’hui et s’il y a suffisamment de progrès, des discussions ministérielles entre les commissaires Malmström (Commerce) et Hogan (Agriculture) et le ministre (mexicain de l’Économie Ildefonso) Guajardo pourraient avoir lieu demain (samedi) », a affirmé un porte-parole de la Commission européenne, Daniel Rosario, lors du point presse quotidien.

Selon une source proche des négociations, les deux parties pourraient annoncer dans l’après-midi de samedi la conclusion d’un accord politique sur ce texte, qu’ils espéraient initialement conclure en 2017. Les automobiles mexicaines et les produits laitiers européens ont fait partie des points d’achoppement ces dernières semaines.

Article du 8 février – Accord de libre-échange Europe/Mexique: La «guerre des fromages» n’aura peut être pas lieu!

Le Mexique est convaincu de pouvoir conclure un nouvel accord de libre-échange avec l’Union européenne avant la fin du mois, a déclaré mercredi un responsable mexicain proche des discussions. 

Bruxelles et Mexico veulent mettre à jour un accord commercial vieux de 21 ans afin d’y inclure les produits agricoles, l’investissement, les contrats publics, de nouveaux services ainsi que des clauses sur les normes sociales et environnementales.

Les négociateurs des deux parties sont à Bruxelles cette semaine et se reverront la semaine prochaine à Mexico. Ce nouvel accord s’inscrit dans la stratégie mise en place par le Mexique pour réduire sa dépendance vis-à-vis des Etats-Unis, destination des quatre cinquièmes de ses exportations, alors que le président américain Donald Trump menace de remettre en cause l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna)

Article du 4 décembre 2017 – Entre l’Europe et le Mexique, c’est la « guerre des fromages » !

Pour l’Union européenne, le Mexique utilise abusivement les appellations d’origine protégée de certains fromages. Mais les Mexicains refusent fermement de changer le nom de ces produits laitiers.

Au Mexique, on trouve des fromages qui portent le même nom qu’en Europe, comme le manchego ou le camembert mais, depuis des décennies, ces fromages ont des recettes différentes, ils sont produits à la sauce mexicaine.

Par exemple, le manchego espagnol est produit avec du lait de brebis, alors que la version mexicaine est faite avec un mélange de lait de vache et de brebis.

Pour l’Union européenne, c’est une utilisation abusive des appellations d’origine protégée.

Renégocier un accord de libre-échange datant de 1996

Actuellement, l’UE et le Mexique renégocient un accord de libre-échange qui date de 1996, devenu obsolète dans plusieurs domaines. L’UE propose notamment d’inscrire le respect des appellations d’origine protégée dans le nouvel accord. Cela concerne une cinquantaine de fromages.

Mais cette mesure, pour l’industrie laitière au Mexique, ferait chuter les ventes car les noms des fromages sont devenus génériques et les consommateurs les connaissent sous ces noms-là.

Les producteurs mexicains considèrent, eux, qu’ils ne sont « pas en train de vendre un produit avec une dénomination d’origine. On n’est pas en train de mentir au consommateur. On vend un fromage « manchego » fabriqué au Mexique. »

Source – France Info

Tourimex Banner

1 Comment

  1. Pingback: La négociation commerciale entre l'UE et le Mexique bute encore sur le fromage ! - La Prensa Francesa

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *