Footer  American Express + Crystal
Footer  American Express + Crystal
Footer  American Express + Crystal

La légalisation du cannabis au Mexique attise les convoitises ! (Video)

La probable autorisation légale du cannabis au Mexique ouvrira un marché convoité et le Canada, grand expert en matière de production industrielle dans ce domaine, est dans les starting-blocks pour s’y engouffrer. Un appétit qui pourrait dévorer les petits producteurs mexicains.

Il y a quatre mois, devant le Sénat d’un pays [le Mexique] où la guerre contre le narcotrafic a fait plus de 250 000 morts en [treize] ans, un chef d’entreprise canadien du secteur du cannabis a déclaré [à l’occasion d’un forum] : “Votre localisation dans le monde est parfaite, vos coûts salariaux sont parfaits, votre climat est parfait […]. Laissez les entreprises privées développer leurs activités, qu’elles fassent ce qu’elles savent faire.

Ces propos d’Erick Factor, fondateur de MYM Nutraceuticals, étaient révélateurs d’un changement de discours face aux drogues et témoignaient aussi des intérêts en jeu derrière le projet de légalisation du cannabis au Mexique. Ce pays pourrait devenir dans les prochains mois le meilleur marché de la marijuana légale de la planète. Et tout le monde veut sa part du gâteau.

Depuis l’automne, les grands noms du cannabis suivent de près ce qui se passe au Sénat mexicain [qui débat sur ce thème dans sa session actuelle].  Certaines entreprises ont envoyé des lobbyistes, qui parcourent les couloirs de la Chambre haute dans l’espoir d’être bien présents sur ce marché d’une valeur de plusieurs millions.

Le Canada, un acteur mondial

Parfois, ces lobbyistes se sont déjà entretenus avec une importante personnalité politique afin qu’elle les mène vers la terre promise. Plusieurs investisseurs étrangers suivent le processus pas à pas, surtout depuis le Canada, [l’un des] premiers pays à avoir légalisé le cannabis à usage récréatif, et qui détient la plus grande part du marché mondial de la production de cannabis.

Si certains pensent affaires, d’autres observent avec suspicion. Des organisations citoyennes font valoir qu’une loi taillée sur mesure pour le grand capital empêcherait d’intégrer les petits producteurs et les paysans au marché légal – ce qui serait bien un comble, étant donné la dette historique laissée par une politique prohibitionniste qui a tué davantage que les drogues elles-mêmes.

Lire la suite sur en Espagnol sur El PAIS

 

Touracancun 728